En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Galerie des Sources

Exposition du 9 mars au 30avril 2009 Lorena ACIN

Publié le mercredi 7 décembre 2016 16:35 - Mis à jour le mardi 13 décembre 2016 16:47
Lorena Acin

Elle est née le 27 janvier 1969 à Buenos aires. Très jeune, elle intègre plusieurs ateliers d'arts plastiques et rencontre le caricaturiste argentin H. Sabat.

Son intérêt pour le cinéma et le théâtre la pousse à faire des études d'art scénique à l'Université del Salvador à Buenos Aires. Elle poursuit sa formation au théâtre Colon. Elle mène en parallèle sa carrière de plasticienne tout en participant à la scénographie de film comme "Carnet de voyage" de Walter Salles, "l'ours rouge" d'Adriano Caetano," Imagining Argentina" de Christopher Hampton.

En 2003, elle décide de venir s'installer avec sa famille dans le sud-ouest de la France et  se consacre désormais à ses recherches plastiques.

Que voit-on ?

Ces quelques lignes empruntées aux auteurs trouveront, je l'espère, une résona nce dans la gravure de Lorena Acin.

Le premier niveau de lecture est celui de l'expérience pratique et de la plasticité. (le sujet primaire selon Erwin Panofsky)

Paul Klee s'est particulièrement intéressé à cet aspect de la création; voici ce qu'il en dit :

"Les lignes les plus diverses. Taches. Touches estompées. Surfaces lisses. Estompées. Striées. Mouvement ondulant. Mouvement entravé. Articulé. Contre-mouvement. Tressage. Tissage. Maçonnage. Imbrication. Solo. Plusieurs voix. Ligne en train de se perdre. De reprendre vigueur (dynamisme).

Régularité heureuse du premier parcours ; puis les contrariétés, les nerfs ! Tremblement contenu, petites caresses consolatrices de la brise. Avant l'orage, assaut de taons. Fureur, meurtre."

Il nous faut être attentif au travail de l'artiste avec la matière. Alors seulement, pourrons-nous y lire quelque chose. Mark Rothko résume ce phénomène comme une potentialité qu'il nous appartient de découvrir:

" La somme totale de la plasticité d'une peinture est la potentialité de susciter un sentiment de beauté."

La beauté n'est pourtant pas toujours là où l'on pense.

Ensuite vient un second niveau de lecture qui s'appuie sur notre culture des images. Le dessin est un motif qui renvoie aux éléments reconnaissables et à la forme. Mais le mot désigne aussi l'objectif : le dessein, l'intention ou le projet, c'est-à-dire le contenu.

Cela, on en reparlera plus loin. Il convient d'abord d'en étudier un peu la mécanique, sans trop…

Enfin il y a le niveau l'interprétation, de l'intuition et du symbole quelquefois.

L'ART NE REPRODUIT PAS LE VISIBLE. IL REND VISIBLE. (Paul Klee).

On peut sûrement  - vieux rappel de l'Ut pictura poesis – rejoindre la voix d'Yves Bonnefoy pour qui 

"(l'œuvre) semble nous inviter à porter dans sa profondeur la parole qui fera être ce qu'elle nomme.

La poésie n'est nullement la fabrication d'un objet où des significations se structurent […] Cet objet existe, bien sûr, mais il est la dépouille et non l'âme ni le dessein du poème ; le poème ne prétend, en effet, qu'à intérioriser le réel. Il recherche les liens qui unissent en moi les choses."

Rencontre avec l'art.

Ce que nous voyons ne vaut que par ce qui nous regarde. Georges Didi-Huberman

L'expérience que nous faisons de cet objet singulier qu'est la création artistique ne vaut que par ce qui nous regarde, ce qui en nous est touché. C'est un peu vers cette expérience que l'on essaie de conduire les élèves aussi.

Pour ce qui est de l'enseignement artistique dans ce pays, l'éducateur doit considérer deux objectifs. Premièrement, en quoi la pratique de l'art contribue-t-elle à la vie du sujet au cours de l'enfance ?

Deuxièmement, en quoi lui-même prépare-t-il l'enfant à sa participation future à la vie culturelle de la communauté ?  (Mark Rothko)

 Cette occasion est une magnifique opportunité pour que cette rencontre de l'art et de la jeunesse puisse avoir lieu. Ici, il ne s'agit pas de confronter à un objet de connaissance; il ne s'agit pas de participer à un simulacre mais d'être vrai et présent. Il s'agit de rencontrer la réalité de l'art, la vérité d'une artiste, la sincérité et la générosité qui fonde sa vie d'artiste.

 

Pièces jointes

À télécharger

 / 1